0620879812 contact@afitech.fr

Une expérience enrichissante se partage !

Découvrez à travers nos publications les pratiques techniques à privilégier pour votre projet et les points de vigilance qui méritent votre attention.

La réussite de votre chantier, votre satisfaction et votre tranquillité sont étroitement liées à la préparation de l’opération avant même la signature du contrat de construction.

Il en est de même en cas de contentieux, vos chances d’être convenablement indemnisé sont elles aussi étroitement liées à la préparation de votre défense.

N’hésitez pas à nous contacter pour vous assister. Bonne lecture !

Calfeutrement mousse proscrit

Calfeutrement des menuiseries extérieures

Le calfeutrement des menuiseries extérieures a pour fonction d’assurer l’étanchéité à l’eau et à l’air entre le dormant de la menuiserie et la structure de l’ouvrage.

Le DTU 36.5  « Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures », précise la manière dont le calfeutrement doit être réalisé pour assurer une étanchéité correcte et durable.

Le DTU rappelle que le calfeutrement entre le gros œuvre et le dormant de l’ouvrant se réalise à l’aide de mousse imprégnée, de mastic spécifique ou d’une membrane d’étanchéité (paragraphe 5.9).

Il rappelle également qu’un calfeutrement par injection de mousse expansive ne permet pas de satisfaire aux exigences d’étanchéité décrites ni d’en assurer la pérennité (article 5.9.6).

La photo de cet article illustre le non-respect des règles du DTU : le calfeutrement a été réalisé avec un produit non-conforme au DTU et ne disposant d’aucun agrément technique valide pour cet usage. A la décharge du poseur, la notice du fabricant indiquait pourtant que le produit permettait d’assurer l’étanchéité à l’eau et à l’air, et qu’il était conforme au DTU 36.5…

Pour les mastics à extruder, le « Label SNJF » vaut la preuve du respect des niveaux de performance des caractéristiques requises par les recommandations professionnelles.

Des constructeurs en infraction toujours plus nombreux selon l’AAMOI

Le constat est amer, les constructeurs sont de plus en plus nombreux à commettre des infractions à leur devoir dans le cadre de la construction de maisons individuelles.

Dans une réponse à question écrite initiée par l’association AAMOI qui s’inquiètait de la multiplication des anomalies qu’elle relève chaque jour, le ministère fait part d’une proportion inquiétante de 55.6 % de constructeurs en anomalie 2019, mais que pire encore, que cette proportion, malgré le durcissement des sanctions dans la loi ELAN, est monté à 61.8 % en 2020.

Texte de la question et réponse gouvernementale : https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-37375QE.htm

Violation d’un DTU sans désordre : pas de mise en conformité

Jugement de la cour de cassation Civ. 3e, 10 juin 2021, FS-P, n° 20-15.27.

Violation d’un DTU sans désordre : pas de mise en conformité.

En l’absence de désordre, le non-respect des normes qui ne sont rendues obligatoires ni par la loi ni par le contrat ne peut donner lieu à une mise en conformité à la charge du constructeur.

Un article instructif à retrouver sur le site Dalloz.fr

Démolition maison individuelle

La méconnaissance des normes parasismiques coûte cher aux constructeurs

La moitié de nos dernières expertises à conduit à préconiser la démolition et la reconstruction de l’ouvrage pour non-respect des normes parasismiques. Ceci illustre la dégradation de la qualité des constructions et le mépris ou la méconnaissance des constructeurs quant aux règles de l’art.

Nos services en ligne rendent accessibles à tous la possibilité de construire de manière qualitative et pérenne, en détectant les malfaçons de manière précoce, sans attendre que les désordres ne se manifestent.

La construction d’une maison est un projet important, n’attendez pas qu’il soit trop tard, AFITECH vous accompagne et protège vos intérêts.

titre étude EC8
étude EC8 erronée

L’étude parasismique qui n’en avait que le nom…

La brève du jour est celle d’un constructeur qui remet à son client une étude de structure avant le début des travaux. Cette démarche pourrait traduire une recherche de qualité dans l’acte de construire.

Malheureusement, lorsque l’étude rappelle que le cadre réglementaire applicable est celui de l’Eurocode 8 et qu’elle ne respecte pas ce cadre, on peut aisément imaginer la suite…

Face à plusieurs non-conformités suspectées lors de la réalisation, le client a commandé une Consultation Technique à AFITECH afin d’obtenir un avis d’expert.

Outre les malfaçons avérées, l’examen des documents a également permis à AFITECH de détecter les incohérences de l’étude de structure.

AFITECH a remis un rapport d’expertise circonstancié à son client en détaillant les malfaçons constatées.

L’ouvrage devra être détruit et repris aux frais du constructeur afin de se conformer à la réglementation parasismique d’application obligatoire en zone 3.

Simple erreur ou tentative d’escroquerie, cet exemple démontre une nouvelle fois la nécessité pour un Maitre d’Ouvrage d’être vigilant et si possible accompagné par un expert dans son projet.

Aciers pliés et mal implantés

Implantation des fondations, murs et amorces de chaînage

L’implantation d’un ouvrage demande de la précision afin que la position des fondations correspondent à l’implantation des murs. Trivial pensez-vous…pas pour tout le monde !

Sur la photo ci-contre, on constate :

  • Un défaut d’implantation entre le positionnement des amorces de chainage et l’axe des murs
  • Le pliage à coups de marteau des amorces de chainage pour rentrer dans les parpaings.

Les conséquences de ce défaut d’implantation sont lourdes :

  • Les aciers étant trop près du bord, ils ne bénéficient pas d’un enrobage correct de béton. Ils ne sont pas protégés de l’oxydation et se détérioreront rapidement.
  • L’excentration de la fondation entraine une contrainte au sol plus importante qu’il convient de vérifier au regard des caractéristiques du sol et du calcul de descente de charge.
  • Les aciers pliés sont fragilisés et ne travailleront pas correctement en cas de sollicitation.

Une préparation soignée est la clé d’une réalisation de qualité.

Prise de terre non-conforme

Prise de terre non-conforme

La prise de terre est un composant essentiel de l’installation électrique, elle participe à la protection des biens et des personnes. Sa réalisation est définie dans la norme NFC 15-100, norme d’application obligatoire.

Le câble en cuivre nu qu’on aperçoit sur la photo, accroché à l’armature de la semelle de fondation, était destiné à devenir la « prise de terre » de l’ouvrage.

Cette réalisation non-conforme et potentiellement dangereuse se rencontre malheureusement fréquemment lors de la construction de maisons individuelles. De trop nombreux constructeurs ignorent la réglementation et les conséquences dramatiques qui pourraient découler de leur négligence.

Pour le maître d’ouvrage, les parades les plus efficaces demeurent la surveillance de son chantier ou l’appel à un expert qui s’assurera du respect des règles de l’art.